jeudi 28 novembre 2013

La noyade ne ressemble pas à la noyade

Le nouveau capitaine sauta du pont, tout habillé, et nagea à toute vitesse. Ancien sauveteur, il gardait les yeux sur sa victime et se dirigeait directement vers les propriétaires qui se baignaient entre leur bateau ancré et la plage. “Je pense qu’il croit que tu te noies,” dit le mari à sa femme. Ils s’étaient éclaboussés mutuellement et elle avait crié, mais maintenant ils étaient seulement debout, avec de l’eau jusqu’au cou sur le banc de sable. “Tout va bien, qu’est-ce qu’il fait ?” demanda-t-elle, un peu agacée. “Nous allons bien!” cria le mari en lui faisant signe que ce n’était pas la peine d’intervenir, mais le capitaine continua à nager très vite. “Bougez-vous!” cria-t-il alors qu’il nageait entre les deux propriétaires stupéfaits. Juste derrière eux, à peine 3 mètres plus loin, leur fille de 9 ans était en train de se noyer. Mise en sécurité au-dessus de l’eau dans les bras du capitaine, elle éclata en sanglots, “Papa !”
 
Comment ce capitaine a-t-il pu savoir – depuis 15 mètres de distance – ce que le père de la petite fille n’a pas pu repérer à seulement 3 mètres ? La noyade n’est pas cet appel au secours violent et éclaboussant auquel la plupart des gens s’attend. Le capitaine avait été entraîné à reconnaître une noyade par des spécialistes et par des années d’expérience. Le père, par contre, avait appris ce à quoi ressemble une noyade en regardant la télévision. Si vous passez du temps sur l’eau ou près de l’eau (comme chacun de nous), alors vous devriez vous assurer que vous et vos amis savez ce qu’il faut surveiller à chaque fois que les gens entrent dans l’eau. Jusqu’à ce qu’elle pleure un déchirant “Papa !”, la petite fille n’avait pas émis un seul son. En tant qu’ancien sauveteur de la Coast Guard, je n’ai pas du tout été surpris par cette histoire. La noyade est presque toujours un événement trompeusement silencieux. Les grands gestes avec les bras, les éclaboussures et les cris auxquels on s’attend à cause du conditionnement spectaculaire de la télévision sont rarement vus dans la vraie vie.
 
La Réponse Instinctive à la Noyade, dénommée ainsi par le Dr Francesco A. Pia, est ce que les gens font pour éviter une suffocation, réelle ou perçue, dans l’eau. Et cela ne ressemble pas à ce que la plupart des gens s’attendent à voir. Il y a très peu d’éclaboussements, pas de signes de la main et pas de cri ou d’appels à l’aide d’aucune sorte. Pour avoir une idée d’à quel point une noyade peut être silencieuse et tranquille vue de la surface, considérez ceci : c’est la 2ème cause de décès accidentel chez les enfants âgés de moins de 15 ans (juste après les accidents de voiture) – sur environ 750 enfants qui se noieront l’année prochaine, environ 375 d’entre eux seront victimes d’une noyade en étant à moins de 23 mètres d’un parent ou d’un autre adulte. Et pour certaines de ces noyades, l’adulte va en fait voir son enfant se noyer, sans avoir la moindre idée que c’est en train d’arriver.


La noyade ne ressemble pas à la noyade. Le Dr Frank Pia décrit la Réaction Instinctive à la Noyade dans un article de la revue de l’US Coast Guard « On Scene » (numéro de l’automne 2006, page 14). 
Caractéristiques de la Réponse Instinctive à la Noyade:


1. Sauf dans de rares circonstances, les gens qui se noient sont physiologiquement incapables d’appeler au secours. Le système respiratoire a été conçu pour la respiration. La parole est la fonction secondaire, ou superposée. La respiration doit être accomplie avant que la parole puisse se produire.

  • Tête basse dans l’eau, bouche au niveau de la surface ;
  • Tête renversée en arrière avec la bouche ouverte ;
  • Yeux vitreux et vides, incapables de fixer ;
  • Yeux fermés ;
  • Cheveux sur le front ou les yeux ;
  • Personne qui n’utilise pas ses jambes, à la verticale ;
  • Hyperventile ou halète ;
  • Essaye de nager dans une direction mais fait du sur-place ;
  • Essaie de se retourner sur le dos ;
  • A l’air de monter à une échelle invisible.

2. La bouche des gens en train de se noyer est alternativement en train de couler sous l’eau et de réapparaître au-dessus de la surface. La bouche des gens en train de se noyer n’est pas au-dessus de la surface de l’eau suffisamment longtemps pour qu’ils puissent expirer, inspirer, et appeler au secours. Quand leur bouche est au-dessus de la surface, ils expirent et inspirent rapidement alors que leur bouche recommence déjà à couler sous l’eau.


3. Les gens en train de se noyer ne peuvent pas agiter les bras pour appeler à l’aide. La nature les force instinctivement à étendre leurs bras latéralement et à appuyer sur la surface de l’eau. Pousser sur la surface de l’eau permet aux gens qui se noient de faire un effet de levier sur leur corps afin qu’ils puissent relever leur bouche au-dessus de l’eau pour respirer.


4. Pendant la Réponse Instinctive à la Noyade, les noyés ne peuvent pas contrôler par la volonté leurs mouvements de bras. Physiologiquement, les gens qui se noient et qui luttent à la surface de l’eau ne peuvent pas stopper la noyade ni effectuer des mouvements volontaires comme lever les bras pour appeler à l’aide, nager vers un secouriste ou s’accrocher à du matériel de sauvetage.


5. Du début à la fin de la Réponse Instinctive à la Noyade, le corps des gens reste droit dans l’eau, sans aucun signe de battements de pieds pour se maintenir. À moins qu’ils ne soient secourus par un lifeguard entraîné, ces noyés ne peuvent que lutter à la surface de l’eau de 20 à 60 secondes avant que la submersion se produise.
 
Cela ne veut pas dire qu’une personne en train de crier au secours et de se débattre n’est pas en grandes difficultés – elle est en plein aquastress. Pas systématiquement présent avant la Réponse Instinctive à la Noyade, l’aquastress ne dure pas longtemps – mais à la différence de la vraie noyade, ces victimes peuvent encore participer à leur sauvetage. Elles peuvent attraper une corde, une bouée, etc.

Soyez attentifs à ces autres signes de noyade :
 
Donc si un membre d’équipage tombe par-dessus bord et que tout a l’air OK, n’en soyez pas si sûr. Parfois le signe le plus évident qu’une personne se noie est qu’elle n’a pas l’air de se noyer. Elle peut juste avoir l’air de faire du sur-place et de regarder vers le pont du bateau. Un bon moyen de s’en assurer ? Demandez : “Est-ce que tout va bien ?” Si la personne peut vous répondre, c’est qu’elle va probablement bien. Si elle vous renvoie un regard sans expression, vous avez moins de 30 secondes pour arriver jusqu’à elle. Et pour les parents : les enfants qui jouent dans l’eau font du bruit. Lorsqu’ils deviennent silencieux, il faut aller jusqu’à eux et comprendre ce qui se passe.
 
Source: Article « Drowning doesn’t look like Drowning » de Mario Vittone, ancien U.S. Coast Guard, spécialiste du sauvetage et de la survie en mer. Version originale: http://mariovittone.com/2010/05/154/ .